Les principes d’aménagement d’un espace consacré aux PMR

PMR

Le concept de PMR ou Personnes à Mobilité Réduite regroupe toutes les personnes présentant des difficultés à se déplacer de manière provisoire ou permanente à cause d’un handicap, de son état ou de sa taille. Les PMR concernent les personnes ayant un handicap moteur ou sensoriel, les personnes âgées et les femmes enceintes. Les personnes à mobilité réduite, surtout celles qui présentent un handicap physique, ont besoin d’un aménagement des espaces qui leur sont dédiés.

Qu’est-ce que la norme PMR ?

Qu’il s’agisse de logements individuels ou collectifs, des parties communes ou privatives, l’accessibilité des personnes en fauteuil roulant ou ayant des difficultés à se déplacer est régi par la loi. Il est nécessaire d’adapter l’agencement d’un logement et aménager les chambres pour faciliter l’accès aux PMR. Ces dernières doivent avoir la possibilité d’accéder facilement aux locaux et équipements, de se déplacer avec la plus grande autonomie, de se repérer, de communiquer et d’employer les divers équipements.

Trois principaux aspects d’un logement sont touchés par la norme d’accessibilité des PMR. D’abord, il  y a l’accès au transport, à la voirie, au stationnement notamment l’aménagement d’un parking pour véhicule d’handicapé, d’un escalier adapté, etc. Ensuite, l’accessibilité à la circulation intérieure d’un bâtiment dont les déplacements vertical et horizontal, les aires de rotation, la signalisation, etc. Puis, il concerne également l’usage facile des équipements comme la douche, les toilettes, la cuisine, le lavabo, le revêtement des sols et des parois ainsi que les équipements mobiliers intérieures et extérieurs.

Bref, l’accessibilité doit être similaire à celle des personnes valides ou offrir une qualité d’utilisation équivalente. Pour plus d’informations, visitez www.amenagement-handicap.com

Aménagement d’une chambre PMR

Il existe plusieurs critères à respecter pour l’aménagement d’une chambre pour une personne à mobilité réduite. Il faut noter qu’une personne en situation de handicap doit pouvoir vivre dans un espace vaste et dégagé. Pour cause, elle doit pouvoir circuler debout, avec une canne ou en fauteuil roulant sans difficulté. De plus, elle doit également pouvoir accéder facilement aux différents rangements, au lit, aux meubles et aux fenêtres.

Concernant les ERP ou Etablissements Recevant du Public, les chambres pour les personnes à mobilité réduite doivent être situées entre les différents étages accessibles via un ascenseur.  Par ailleurs, la chambre doit comporter un espace libre de 1.50 m de diamètre pour qu’un fauteuil roulant puisse manœuvrer facilement. En plus, elle doit être équipée d’une porte d’au moins 90 cm de largeur. L’ouverture idéale est de 90 degré. La chambre doit disposer de grands passages sur les trois côtés du lit et d’un plan de couchage situé entre 40 à 50 cm du sol.

Agencement des équipements d’une chambre pour PMR

La hauteur du lit et du matelas doit permettre à une personne à mobilité réduite de se lever et de s’asseoir sans difficulté, et des cales peuvent être utiles. L’emplacement du matelas doit avoir la même hauteur que le siège pour une personne en fauteuil roulant. L’idéal est d’installer des lits équipés de dossiers et de pieds qui peuvent être redressés, avec des modèles commandés électriquement.

Concernant les fenêtres d’une chambre PMR, la hauteur doit être de 60 cm pour les personnes se déplaçant en fauteuil roulant. La poignée doit se situer à 1.25 m du sol au maximum, et disposer d’un système de sécurité lors de l’ouverture de la fenêtre.

Il faut installer les interrupteurs à portée de main. Il convient également de choisir des modèles lumineux ou fluorescents pour que les utilisateurs puissent les repérer la nuit. L’installation d’une veilleuse est aussi nécessaire pour l’éclairage de la chambre. Un équipement de réveil à signal lumineux est indispensable dans la chambre pour les personnes sourdes et malentendantes. Le nombre de prises électriques doit être suffisant pour brancher les différents objets de confort, le lit électrique, la télévision, l’alarme, etc. Il faut éviter les prises multiples et les rallonges qui risquent d’entraver les déplacements.

La cuisine et les installations sanitaires pour personnes handicapées

Pour l’aménagement de la cuisine, il convient d’installer un évier suspendu qui va faciliter l’accès des personnes en fauteuil roulant. Les meubles idéaux sont ceux équipés d’ouvertures escamotables ou de portes coulissantes. De plus, il faut adopter des plans de travail à hauteur réglable. Les appareils électroménagers doivent être adaptés et placés à la bonne hauteur, et les plaques de cuisson doivent disposer de boutons à l’avant.

Dans un espace consacré à une personne à mobilité réduite, la salle d’eau et les toilettes font partie de l’aménagement. L’espace peut comporter ou pas de point d’eau et de WC privatifs, néanmoins ceux-ci doivent être accessibles facilement par les personnes handicapées. La salle d’eau doit comporter un espace de manœuvre d’au moins 1.50 m, un espace d’usage de 1.30 x 0.80 m et un lave-mains à 0.85 m du sol. Les autres équipements comme le sèche-mains, le papier toilette, le savon, etc. doivent se situer à 1.30m du sol au maximum. Il faut installer dans la douche des barres d’appui et l’espace sanitaire doit donner la possibilité d’effectuer un demi-tour. Le WC doit être à 0.45 cm du sol.

Compte à terme : guide en ligne
La retraite additionnelle de la fonction publique