22

En b

r Ef • Le congé de soutien familial vous permet sous certaines conditions de

ressources de bénéficier d’une affiliation gratuite à l’assurance vieillesse.

Les droits de L’aidant

Vous pouvez être salarié

Si vous souhaitez être salarié d’une personne dépendante1, sachez que cette dernière peut vous rémunérer avec l’APA (Aide Personnalisée d’Autonomie) si elle en bénéficie. Dans ce cas, elle doit vous déclarer à l’URSSAF dans les 8 jours de votre embauche ou par le biais du CESU (Chèque Emploi Service Universel) grâce auquel les démarches sont simplifiées.

Vous avez le droit à un congé sans solde

Il existe deux types de congés pour l’aidant familial d’une personne âgée.

1. Le congé de solidarité familiale

Tout salarié souhaitant accompagner un parent en fin de vie (ascendant, descendant ou personne partageant son domicile) peut demander à son employeur un congé de solidarité familiale. Il doit lui présenter un certificat médical confirmant l’état de santé du proche. D’une durée de 3 mois renouvelable une fois, il est sans solde et permet le maintien de tous les avantages acquis avant le congé (ancienneté, salaire, etc.). Votre employeur doit être averti de la date de votre retour avec un préavis de 3 jours francs.

BON A SAVOIR

• Le congé de soutien familial vous permet sous certaines conditions de ressources de bénéficier d’une affiliation gratuite à l’assurance vieillesse.

• Si le décès de votre proche survient pendant votre congé de solidarité familiale, vous ne perdez pas vos congés pour évènements personnels et familiaux.

2. Le congé de soutien familial

Tout aidant familial d’un proche dépendant peut en bénéficier. Le congé de soutien fa- milial dure trois mois et peut être renouvelé dans la limite d’un an sur l’ensemble d’une carrière professionnelle (de manière successives ou non). Il n’entraine pas la perte des avantages obtenus avant le départ. Vous pouvez l’interrompre si votre proche a recours à un service d’aide à domicile, est admis dans un centre spécialisé, ou décède ; ou bien si un autre membre de votre famille prend votre relais ou que vos ressources ne vous permettent plus de subvenir à ses besoins.

1 tout membre de la famille peut être salarié hormis l’époux (se), le (la) concubin(e) (pacsé(e) ou non).